Ingénieur en construction : formation, qualités, salaire !

L’ingénierie en construction est un métier qui n’est plus à présenter. Cependant, même s’il est quasiment connu de tout le monde, peu de personnes savent réellement le chemin à faire pour finir ingénieur en construction. De la formation au salaire en passant par les qualités requises, découvrez à présent tout sur le métier d’ingénierie en construction.

Qui appelle-t-on ingénieur en construction ?

Un ingénieur est vu comme une personne particulièrement compétente et professionnelle dont la mission est de répondre à des problématiques d’ordre technique grâce à ses acquis scientifiques. L’ingénieur en construction est donc celui dont le travail consiste à concevoir les plans des bâtiments et à veiller à la mise en œoeuvre effective desdits plans. Il est également investi dans les tâches de résolution des diverses problématiques qui pourraient survenir dans la réalisation des constructions dont il est garant. Pour y parvenir, l’ingénieur en construction doit constamment développer une puissance de travail efficace et une gymnastique conceptuelle tout en prévenant les effets des drames environnementaux et en restant dans le cadre des évolutions technologiques qui ne sont plus considérées comme des prouesses de nos jours.

Par ailleurs, au-delà de toutes ces obligations générales ci-dessus mentionnées, il existe d’autres aspects classiques au sujet desquels l’ingénieur en construction intervient. En effet, l’ingénieur en construction :

  • Prend en charge les démarches administratives : il élabore les dossiers à déposer auprès des autorités pour obtenir l’autorisation et le permis de construire dans le respect des dispositions du « code de la construction ». Ensuite, il se charge de suivre l’évolution de la procédure jusqu’au but poursuivi ;
  • Coordonne le chantier : l’ingénieur en bâtiment est la première autorité du chantier. À ce titre, il administre et dirige le chantier, surveille et contrôle l’avancement et la qualité des travaux de construction. De même, il coordonne l’intervention des différentes équipes et des différents corps de métier (maçon, ferrailleur, etc.). Il relève aussi les malfaçons et contrôle les reprises ;
  • Veille au respect du budget et des délais : ceci est la plus percutante des préoccupations qui taraudent l’esprit de tous les ingénieurs en construction. Faire face à cette contrainte majeure dans l’atteinte des objectifs du projet oblige les ingénieurs à faire appel à des méthodes et outils spécifiques permettant de respecter les engagements financiers du projet. En effet, pour ne pas excéder le budget, l’ingénieur peut décider d’effectuer une rationalisation en trouvant des pistes d’allègement des coûts sans dénaturer le projet ou son fonctionnement. Quant au défi du temps, l’ingénieur doit établir un calendrier réaliste en tenant compte des différents paramètres du projet tels que la complexité des interventions, les conditions du marché de la construction, les saisons, l’ordonnancement des travaux et même le déblocage des fonds.

Comment devient-on ingénieur ?

Devenir ingénieur en construction, c’est apprendre à mener à bien un chantier (du démarrage des travaux jusqu’à la finalisation). Il existe plusieurs modes de formations pour y arriver. En voici quelques-uns !

Se faire former dans une école d’ingénieur

L’école d’ingénieur est la voie la plus rapide et la plus directe pour devenir ingénieur. En effet, il existe deux chemins pour entrer dans une école d’ingénieur :

  • Aller directement dans une école d’ingénieur après le Bac : c’est sans doute l’option la plus facile. Vous êtes recruté dans l’école après votre Bac pour y effectuer 5 ans d’études. Au cours des deux premières années, vous ferez le premier cycle dit préparatoire. Au cours de ce cycle, vous serez soumis à des cours de mathématiques intenses, de physiques et de sciences de l’ingénieur. Ces cours sont censés non seulement vous préparer à votre futur métier, mais aussi mettre à épreuve votre capacité à assumer le métier d’ingénieur en construction. Ce n’est qu’au cours du second cycle que vous apprendrez la quintessence de l’ingénierie ;
  • Aller d‘abord en classes préparatoires : si vous choisissez de prendre par cette voie, vous suivrez une formation poussée en sciences. Ensuite, vous passerez les concours et les oraux pour aller dans une grande école. Si vous réussissez à entrer dans l’école, vous y choisirez des options de stages pour vous orienter vers le secteur de la construction. Ce n’est qu’après ce processus que vous serez amené à suivre 3 ans de formation avant de sortir ingénieur.

Faire d’abord le BTS

Lorsque vous ne réussissez pas à emprunter le chemin ci-dessus présenté, vous pouvez préalablement faire un BTS (pendant deux ans) dans le secteur industriel pour vous former à ses disciplines. Vous serez ensuite amené à postuler pour rentrer dans l’une des multiples écoles d’ingénieur afin de continuer votre formation pour 3 ans et obtenir le grade d’ingénieur. L’avantage de cette possibilité est que vous pouvez vous assurer un Bac + 2, c’est-à-dire un diplôme de BTS, avant de continuer dans le niveau supérieur.

Faire l’université

On peut également devenir ingénieur en construction en suivant un cursus universitaire qui aboutit sur un Master appelé « Master ingénierie et Génie civil ». Au terme dudit cursus, vous deviendrez un ingénieur d’université, car les titulaires d’un Master en ingénierie et Génie civil ne sont pas reconnus comme des ingénieurs en construction, mais plutôt comme des ingénieurs universitaires. Ceci s’avère discriminatoire sur le terrain de l’embauche.

Qu’attend-on d’un ingénieur en construction ?

Au-delà de toutes les connaissances que doit avoir un ingénieur en construction, il est aussi nécessaire qu’il ait certaines qualités utiles à la bonne marche de sa mission. En effet, l’ingénieur doit :

  • Disposer de capacités d’analyse et de synthèse : les travaux de confection des plans et de réalisation desdits plans ne sont pas faciles. Il faut être un grand analyste pour y parvenir. Par exemple, déceler un problème qui n’apparaît pas clairement, mais qui menace le bâtiment fait appel à une analyse profonde. De même, l’ingénieur en construction est sporadiquement amené à raccourcir le trajet de conduite de l’eau ou de l’électricité par exemple pour diminuer les dépenses. Cela l’aide à atteindre l’un des défis permanents de ce secteur qu’est le respect du budget ;
  • Être prévenant : l’ingénieur en construction doit être en mesure d’anticiper les évènements de nature à menacer la solidité du bâtiment dont il a la charge ;
  • Disposer de capacité d’écoute, de négociation et de persuasion : dans l’exercice de sa profession, l’ingénieur est amené à entrer en contact avec différents professionnels. Il passera des contrats de sous-traitance, discutera du prix de tel ou tel autre marché. Pour mieux assurer cette mission quelque peu complexe, les capacités de persuasion et de négociation lui seront d’une grande utilité ;
  • Maîtriser l’outil informatique : c’est vrai qu’aujourd’hui la maîtrise de l’outil informatique n’est plus l’apanage d’une catégorie de personnes donnée. Mais, il ne serait pas inutile de rappeler que l’ingénieur en construction doit parfaitement le maîtriser. Sans quoi, il aura du mal à utiliser les logiciels de construction.

Combien gagne un ingénieur en construction ?

Le salaire de l’ingénieur en construction est à la taille de sa mission. Souvent investie dans le secteur public, l’ingénierie en construction est la branche d’ingénierie la moins bien rémunérée, puisque ceux qui y exercent percevront un salaire moyen de 2 620 € brut par mois. Il est à noter que cette rémunération est ce qu’ils perçoivent en début de carrière. Au fur et à mesure qu’ils évoluent, leur salaire connaît une hausse.

Toutefois, si l’ingénieur en construction offre ses services dans le secteur privé, il serait libre de discuter de sa rémunération dans son contrat.

Source : http://www.onlyengineerjobs.be/c/frbe/construction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *